• EN
    • Nigéria : un nouveau centre de formation spécialisé pour soigner la malnutrition
    Nigéria : un nouveau centre de formation spécialisé pour soigner la malnutrition

    Nigéria : un nouveau centre de formation spécialisé pour soigner la malnutrition

    Dakar, 10 novembre 2017 - À l’Hôpital universitaire de Maiduguri, près de 40 professionnels de la santé de l'État du Borno, dans le nord-est du Nigeria, vont être formés dans un nouveau centre de formation spécialisé, afin d’améliorer la qualité des soins dispensés aux enfants de moins de cinq ans souffrant de malnutrition aiguë sévère (MAS) avec complications. En collaboration avec l’Hôpital universitaire de Maiduguri et UNICEF, le programme sera élaboré et délivré par ALIMA (the Alliance for International Medical Action) au sein d’un centre thérapeutique nutritionnel intensif.
    « Notre objectif est de renforcer les capacités et d’améliorer les compétences et les connaissances des agents de santé, en particulier les médecins, les infirmières et les nutritionnistes, afin d'accroître l'efficacité et le bon fonctionnement quotidien des centres de stabilisation dans l'État de Borno », a déclaré le Professeur Jose P. Ambe, responsable de la pédiatrie de l’Hôpital universitaire de Maiduguri. « Jusqu'à maintenant, il n'y a eu que de petits séminaires de formation ici et là. »


    Selon le bureau de coordination des affaires humanitaires (OCHA), près de 300 000 enfants de l'État de Borno risquent de souffrir de malnutrition aiguë sévère cette année, à cause des conflits liés à Boko Haram. ALIMA estime que dans l'État de Borno, environ 50 000 enfants de moins de cinq ans devront être hospitalisés en 2017 pour malnutrition aiguë sévère avec complications.


    Les agents de santé seront formés par groupes de sept personnes, au cours de sessions de deux semaines, par des infirmiers d’ALIMA expérimentés dans la détection de la malnutrition et la prise en charge des cas présentant des complications. La formation comprendra des modules de formation théoriques et pratiques. 


    « L'ouverture de cette école est vraiment très stimulante », a déclaré Lincoin Egbu, infirmier et formateur pour ALIMA. « En tant qu'infirmiers, notre premier objectif lorsque nous soignons des patients est de les aider à recouvrer la santé. Mais, malheureusement, le traitement des cas de malnutrition aigüe sévère n'est pas nécessairement enseigné à l'école, donc cela peut être difficile. Aujourd’hui, le fait que je puisse transférer des connaissances et des compétences aux personnes qui se trouvent dans la situation dans laquelle je me trouvais il y a quelques mois, qui pourront à leur tour former d'autres personnes, va vraiment permettre d’améliorer la qualité des soins. » 


    En plus du centre de formation, ALIMA fournit des soins gratuits pour les patients atteints de MAS avec complications médicales dans un centre thérapeutique nutritionnel intensif d’une capacité de 30 lits. La structure médicale sert de centre de stabilisation de référence pour cinq cliniques de santé des environs. Près de 1 200 enfants souffrant de MAS avec complications sont attendus dans ce centre au cours des six prochains mois. 


    En parallèle, 1 200 mères ou parents qui accompagneront les enfants au centre de traitement, seront formés à utiliser un ruban simple et coloré, connu sous le nom de MUAC, pour mesurer le périmètre brachial de leur enfant afin de détecter  la malnutrition à un stade précoce et d'éviter l'hospitalisation. 





    The Alliance For International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale humanitaire qui travaille main dans la main avec un réseau d'organisations médicales locales pour fournir des soins médicaux de qualité aux personnes les plus vulnérables lors de situations d'urgence et de crises récurrentes. Basée à Dakar, au Sénégal, ALIMA a traité plus de 2 millions de patients dans 12 pays depuis sa création en 2009 et a lancé 10 projets de recherche axés sur la malnutrition, le paludisme, et le virus Ebola. 


    ALIMA travaille au Nigéria depuis Juillet 2016, période à laquelle les équipes ont commencé à procurer des soins ambulatoires médicaux et pédiatriques aux personnes déplacées et aux populations hôtes à Monguno. Depuis lors, le programme s’est élargi avec l’ouverture d’une clinique près des camps de déplacés informels à Muna village en banlieue de Maiduguri, où les équipes délivrent des soins médicaux primaires aux enfants de moins de cinq ans, et prennent en charge des cas de malnutrition sévère au centre thérapeutique nutritionnel intensif de l’Hôpital universitaire de Maiduguri. 


    Depuis le 1er janvier, les équipes ont réalisé près de 15 000 consultations pédiatriques et traité plus de 6 000 enfants pour malnutrition aiguë sévère. Plus de 3 800 femmes enceintes ont bénéficié de consultations prénatales.


    ALIMA a mis en place des programmes de formation similaires au Mali en 2015, en partenariat avec l’ONG AMCP (Alliance Médicale contre le Paludisme) et au Tchad en 2017, en partenariat avec l’ONG Alerte Santé. Plus de 300 professionnels de la santé ont été formé à dépister et soigner les cas de malnutrition aiguë sévère avec complications.




    Photo de couverture : Sylvain Cherkaoui / COSMOS / ALIMA

    Partager cette page