ALIMA
  • EN
    • Témoignage de terrain: 3 questions à Lorenzo, coordinateur urgences
    Témoignage de terrain: 3 questions à Lorenzo, coordinateur urgences

    Témoignage de terrain: 3 questions à Lorenzo, coordinateur urgences

    Témoignage de terrain: 3 questions à Lorenzo, coordinateur urgences
    2019-03-13CUBEhumanitaire
    Lorenzo Pomarico a rejoint ALIMA il y a deux ans et demi, apportant ainsi une petite touche italienne (voir plus loin ci-dessous) à notre organisation. Le temps passe vite et Lorenzo a déjà effectué 6 missions, dans des zones souvent difficilement accessibles: nord-est du Nigéria, Soudan du Sud, sud-ouest du Nigéria… Ses expériences variées - participation à l’ouverture d’un projet ou encore à la réponse d’une épidémie de fièvre de Lassa - lui ont permis d’acquérir une compréhension profonde de ce qu’ALIMA a vocation à faire et poursuivre et des enjeux propres à chaque programme.

    De retour de sa dernière mission ALIMA en République Centrafricaine, Lorenzo a pris le temps de parler avec nous.

    Selon toi quelle est la particularité d’ALIMA?

    Que ce soit en République Centrafricaine, au Nigéria, au Soudan du Sud, j’étais presque toujours le seul Européen au sein d’une équipe comportant différentes nationalités africaines. Si la plupart du temps, chaque organisation humanitaire engage une majorité d’employés locaux, il est en revanche plus rare de trouver autant de nationalités africaines parmi les membres internationaux de l’équipe.

    Cela fait du bien de voir qu’une ONG fonctionne avec les expertises et les compétences de ses propres pays d’intervention! Nos actions sur le terrain sont d’autant plus optimisées qu’elles sont prises en mains par ceux qui le connaissent le mieux. Le renforcement de capacité que nous apportons est ainsi d’autant plus efficace.  

    Même au siège opérationnel de Dakar, au Sénégal, qui compte 65 employés, nous avons 17 nationalités et les Sénégalais sont les plus nombreux.

    Durant chacune de mes missions, j'ai apprécié apprendre et travailler dans un tel environnement multiculturel qui nous fait gagner en professionnalisme.

     

    Sur le terrain des opérations que tu as coordonnées, quelle est la force d’ALIMA?

    Dans mon parcours chez ALIMA, j’ai rapidement été amené à travailler sur des projets que nous qualifions d’urgences. 
    Ce qui m’a paru intéressant chez ALIMA c’est notre capacité à faire preuve d’innovation sur l’opérationnel, sans décorréler les deux, et qui permet de réelles améliorations dans le cadre de nos interventions.

    L’année dernière, par exemple j’ai ainsi pu suivre notre riposte concernant la fièvre de Lassa au sud-ouest du Nigéria. On testait la technologie du CUBE - Chambre d’Urgence Biosécurisée pour Epidémie - pour la première fois. C’était un défi de taille pour nos équipes que de tester une telle innovation tout en gérant la riposte de l’épidémie en cours, mais c’était surtout très stimulant. Nous avons ainsi identifié des améliorations nécessaires à apporter et testé son bon fonctionnement en situation réelle: choisir le bon emplacement, le monter correctement, trouver le bon tournevis…! Ce que nous avons fait là-bas a permis à l’équipe en charge de la construction du Centre de Traitement Ebola sur laquelle intervient ALIMA en ce moment à Béni, en RDC, de gagner en efficacité.

    Qu’est-ce que tu mets dans ta valise quand tu pars en mission?

    Beaucoup de biscuits…! J’aime ce qui est sucré, donc j’ai toujours tendance à remplir mes valises de biscuits qui sont souvent difficiles à trouver sur le terrain.

    Et aussi, ce que j’ai littéralement toujours apporté c’est une cafetière italienne... A chacune de mes missions j’en ai achetée une, j’ai fait découvrir le café délicieux que cela fait, si bien que je l’ai toujours laissée à mes collègues, conquis, même en partant!

    Dans une autre vie - comprendre avant ALIMA -, j’avais ramené 20 litres d’une huile d’olive, qui vient de chez moi en Italie, à Djouba au Soudan du Sud.

    Merci à toi Lorenzo! 

    De prochaines aventures l’attendent bientôt, mais pour le moment, il profite d’une pause bien méritée!

    A presto!*

    *A bientôt!

    **Illustration: Florence Mahon de Monaghan / ALIMA

    Partager cette page