ALIMA
  • EN
    • Tchad
    • Tchad
    • Tchad
    Tchad

    Tchad

    Tchad
    Partager cette page
    Suivez nos équipes sur le terrain

    32792

    ENFANTS SOIGNÉS POUR MALNUTRITION AIGUË SÉVÈRE

    30591

    ENFANTS ONT BÉNÉFICIÉ DE SOIN DE SANTÉ AMBULATOIRES

    8064

    MÈRES FORMÉES POUR DÉTECTER LA MALNUTRITION

    POPULATION

    11,600,000

    millions d’habitants


    MORTALITÉ INFANTO-JUVÉNILE

    89

    décès pour 1000 naissances


    MORTALITÉ MATERNELLE

    856

    décès pour 1000 naissances

    CONTEXTE PAYS

    Après des décennies de conflits internes et de menaces pesantes liées à l’insurrection de Boko Haram, la situation sécuritaire au Tchad demeure fragile. L’accès aux soins de santé est limité et il y a une pénurie chronique de personnel et de matériel médical dans les cliniques. Les arrivées récentes de réfugiés fuyant la violence en République Centrafricaine, au Niger, au Soudan et au Nigéria exacerbent davantage la situation.


    Comme la plupart des pays du Sahel, le Tchad est également confronté à des niveaux élevés d’insécurité alimentaire. Selon la dernière enquête SMART de 2016, 11,7% des enfants souffrent de malnutrition aiguë globale et 1,4% des enfants souffrent de malnutrition aiguë sévère dans la capitale, N’Djamena. Des épidémies de choléra et de rougeole, ainsi que de paludisme, sont récurrentes.


    NOS PARTENAIRES

    ALIMA travaille en partenariat avec l’ONG médicale tchadienne Alerte Santé depuis 2012. Alerte Santé oeuvre à améliorer l’accès aux soins de santé en soutenant les structures médicales existantes avec du matériel et du personnel, et en assurant une gestion de qualité des problèmes de malnutrition aiguë et de soins médicaux pédiatriques.

    Tchad - Alima

    OPERATIONS

    En collaboration avec Alerte Santé, ALIMA soutient les enfants de moins de cinq ans à N’Djamena et dans le district de Ngouri dans la région du lac Tchad avec un programme de traitement médical et nutritionnel. Les enfants souffrant de malnutrition sévère sont traités en ambulatoire grâce à des aliments thérapeutiques prêts à emploi. Ceux qui présentent des formes de complications sont admis à l’hôpital. En 2016, ALIMA et Alerte Santé ont traité plus de 27 000 patients pédiatriques et 810 enfants contre le paludisme à Ngour.


    En plus des soins médicaux, un projet de recherche de 12 mois, appelé DiDiMAS, lancé à la fin de l’année 2015, a pris fin en septembre 2016. Le projet a utilisé une technologie de biologie moléculaire connue sous le nom de Biofire pour étudier les causes infectieuses de la diarrhée chez les enfants souffrant de malnutrition sévère avec des complications au sein de l’Hôpital de l’Amitié Tchad-Chine à N’Djamena. Les résultats de l’étude devraient être publiés en 2017.