ALIMA
  • EN
    • Projet AIRE : Améliorer l’Identification des détresses Respiratoires chez l’Enfant
    Projet AIRE : Améliorer l’Identification des détresses Respiratoires chez l’Enfant

    Projet AIRE : Améliorer l’Identification des détresses Respiratoires chez l’Enfant

    Projet AIRE : Améliorer l’Identification des détresses Respiratoires chez l’Enfant
    2019-11-12EnfantsSanté
    Lancée en juillet 2019, une nouvelle initiative financée par Unitaid, vise à améliorer l'accès aux outils de diagnostic des enfants gravement malades. Afin d’améliorer les soins de santé primaires et réduire la mortalité infantile Unitaid soutient le projet AIRE - Amélioration de l’Identification des détresses Respiratoires chez l’Enfant mené par ALIMA, et le projet TIMCI - Tools for Integrated Management of Childhood Illness mené par PATH*.

    En 2018, environ 5,3 millions d'enfants dans le monde sont morts avant leur cinquième anniversaire, la plupart de ces maladies pourraient être prévenues et traitées, notamment la pneumonie. Pour améliorer la détection des enfants gravement malades et réduire la mortalité infantile, l’une des mesures les plus efficaces consiste à faire en sorte que les outils de dépistage des maladies graves soient disponibles et accessibles au niveau des centres de santé primaires. 

    ALIMA (The Alliance for International Medical Action) coordonne la mise en œuvre du projet AIRE qui sera développé pour une durée de 36 mois dans quatre pays d’Afrique - Mali, Guinée, Niger, Burkina Faso - où les infections respiratoires constituent l’une des premières causes de décès chez les enfants de moins de 5 ans. Le projet AIRE consiste, entre autres, à intégrer l’utilisation d’un outil de diagnostic, l’oxymètre de pouls, lors des consultations dans les centres de santé primaire. L’utilisation des oxymètres de pouls (des appareils portatifs et faciles à l’emploi permettant de mesurer la saturation en oxygène dans le sang), améliorera l’identification des enfants les plus gravement malades qui doivent être référés à l’hôpital. 

    Utilisés couramment dans les pays à revenus élevés, et recommandés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les oxymètres de pouls sont rarement disponibles, ou ne fonctionnent pas correctement pour les nourrissons qui en ont le plus besoin. 

    Selon Augustin Augier, Directeur Général d’ALIMA : « A cause d’un état de maladie détecté tardivement, trop d’enfants meurent tous les jours. ALIMA est fière de travailler avec Unitaid dans le cadre de ce projet.  Ce dernier a pour objectif d’identifier les enfants en danger en augmentant l’utilisation d'appareils indispensables à l'amélioration des services de santé. Dans les pays ayant les plus grands besoins en Afrique de l'Ouest, l'impact de cette approche sera particulièrement important ».  

    Pour la mise en œuvre de ce projet, ALIMA a formé un consortium composé d’ONG médicales de terrain et d’un Institut de recherche, l’Inserm. Ce consortium allie une parfaite connaissance des pays d’intervention à une expertise dans la recherche. Leader du consortium, ALIMA  met en œuvre le projet en Guinée et au Mali ; Terres des Hommes au Burkina Faso et dans un district au Mali, Solthis au Niger, et l'Inserm est responsable du volet recherche.


    *En savoir plus sur PATH et le projet Tools for Integrated Management of Childhood Illness (TIMCI) :  https://www.path.org/articles/ushering-new-era-pneumonia-control/

    **Photo : What Took You So Long / ALIMA

    Partager cette page