ALIMA
  • EN
    • Optimiser le traitement de la malnutrition
    Optimiser le traitement de la malnutrition

    Optimiser le traitement de la malnutrition

    Optimiser le traitement de la malnutrition
    ​Depuis 2012, dans plusieurs régions d'Afrique, ALIMA et ses partenaires apprennent aux mères et autres parents à utiliser un simple ruban tricolore, connu sous le nom de MUAC, afin de dépister les premiers signes de malnutrition chez leurs enfants.

    Trop souvent, les enfants qui arrivent au centre de santé se trouvent déjà à un stade avancé de malnutrition ; il est donc important que les mères puissent mesurer régulièrement le périmètre brachial de leurs enfants à la maison, plutôt que d'attendre chaque mois qu'un agent de santé communautaire vienne dépister leurs enfants. Lorsque le périmètre brachial de l'enfant indique la partie rouge ou la partie jaune du ruban - représentant respectivement la malnutrition aiguë sévère (MAS) et la malnutrition aiguë modérée (MAM) – la famille devra alors consulter un médecin. A l’image du thermomètre, il s’agit d’un outil facile à utiliser qui permet aux mères de veiller sur la santé nutritionnelle de leurs enfants.


    Cependant la procédure pour admettre les enfants dans programmes de traitement de la malnutrition reste trop compliquée. La différence entre la partie jaune et la partie rouge du ruban MUAC représente seulement 1 mm, mais les programmes de traitement correspondants sont gérés par différents acteurs, suivent des protocoles différents et utilisent différents aliments thérapeutiques. Dans de nombreuses régions, les programmes de traitement de la malnutrition aiguë modérée ne bénéficient plus de financement, et cela a pour conséquence que, lorsqu’un enfant est suffisamment malade pour accéder au programme de traitement de la malnutrition aiguë sévère, il est déjà sur le point de devoir être hospitalisé et aura besoin d’un plus grand nombre de rations de nourriture thérapeutique.


    C’est pourquoi ALIMA essaie d'aller encore plus loin en éliminant les barrières qui existent entre le traitement des enfants modérément malnutris et celui des enfants sévèrement malnutris. Dans le cadre d'une étude connue sous le nom MUAC-Only (OptiMA) au Burkina Faso, le consortium ALIMA/SOS Médecins/Keoogo continue à former les mères à l’utilisation du ruban MUAC, tout en élargissant les critères d'admission pour inclure tous les enfants dans le même programme, qu’ils souffrent de malnutrition modérée ou sévère. Cela a pour effet de diminuer le risque de complications et d'hospitalisation. De plus, en réduisant progressivement les rations alimentaires thérapeutiques à mesure que les enfants regagnent la santé et que leur périmètre brachial augmente, on peut traiter plus d'enfants pour un coût similaire.


    Regardez la vidéo ci-dessous pour en savoir plus sur notre approche innovante.




    Photo & video : What took you so long? / ALIMA

    Partager cette page