• EN
    • Nigeria
    • Nigeria
    • Nigeria
    Nigeria

    Nigeria

    Partager cette page
    Suivez nos équipes sur le terrain

    11531

    ENFANTS SOUFFRANT DE MALNUTRITION AIGUE SÉVÈRE ADMIS

    77554

    CONSULTATIONS PÉDIATRIQUE

    23064

    MÈRES FORMÉES A LA DÉTECTION DE LA MALNUTRITION

    Etat de Borno


    CAPITALE

    Maiduguri


    POPULATION

    4,500,000

    habitants

    CONTEXTE PAYS

    Le Nord-Est du Nigéria est affecté par des combats violents entre les forces militaires et Boko Haram depuis 2009. On estime que 2,6 millions de personnes, dont un million d’enfants, ont été déplacées depuis le début du conflit. En 2016, au fur et à mesure que les forces de sécurité nigérianes reprenaient un certain nombre de villages et de villes, les véritables besoins humanitaires des populations locales – auparavant inaccessibles – commençaient à être révélés.


    La plupart des déplacés arrivent avec peu d’objets personnels. L’accès à la nourriture est difficile en raison de la perturbation des marchés, du commerce et de l’agriculture. Les personnes déplacées internes ont peu de possibilités d’emploi et n’ont pas d’argent pour acheter de la nourriture. Les familles vivent souvent dans des abris de fortune. Il y a peu de latrines et un manque d’accès à l’eau potable ; les conditions d’hygiène sont mauvaises. La plupart des établissements de santé ont été détruits suite aux conflits et ceux qui fonctionnent encore manquent de matériel et de personnel adéquat.


    Les taux de mortalité maternelle et de mortalité infantile ont grimpé en flèche en raison de la faible couverture vaccinale, d’une forte prévalence de la malnutrition aiguë et des maladies diarrhéiques. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, la situation générale de la nutrition dans l’Etat de Borno est « très alarmante ». En juin 2016, un dépistage nutritionnel mené par ALIMA auprès de 12 000 enfants à Monguno a révélé que 32% des enfants souffraient de malnutrition aiguë globale et que 13% souffraient de malnutrition aiguë sévère. Ces résultats sont 6 fois supérieurs au seuil d’urgence. Les maladies les plus courantes observées chez les enfants sont la rougeole, la diarrhée et les infections respiratoires.

    OPÉRATIONS

    En dépit des difficultés d’accès à la zone dues à l’insécurité des routes et des télécommunications médiocres, les équipes médicales d’ALIMA étaient parmi les premiers représentants de l’aide internationale à accéder à Monguno au Nord-est du Nigéria (à 140 km de Maiduguri). Près de 80 000 personnes y ont trouvé refuge après les combats.


    ALIMA fournit des soins médicaux et nutritionnels dans les cliniques dans quatre des plus grands camps de Monguno, ainsi que dans l’hôpital de la mère et de l’enfant (Mother and Child Centre). Elle a aussi mis en place des cliniques mobiles afin de délivrer des soins aux déplacés dans les communautés d’accueil


    En septembre, ALIMA a ouvert une clinique à proximité des nombreux camps de personnes déplacées à Muna (au sein de la métropole de Maiduguri) pour répondre aux besoins médicaux des enfants de moins de cinq ans. En 2016, au total, les équipes ont enregistré près de 8 000 cas de malnutrition aiguë sévère, 3 000 cas de paludisme et plus de 27 000 vaccinations contre la rougeole.

    Matthew Cleary, le coordinateur d’urgence d’ALIMA, indique "qu' il est clair que les populations de l’Etat de Borno font face à une situation d’extrême urgence sanitaire et nutritionnelle. ALIMA aide à conduire la réponse humanitaire médicale à Monguno ".


    Les projets d’ALIMA au Nigéria sont financés par OFDA, ECHO, et UNICEF.