• EN
    • Guinee
    • Guinee
    • Guinee
    Guinee

    Guinee

    Partager cette page
    Suivez nos équipes sur le terrain

    1085

    PEOPLE GIVEN TEST EBOLA VACCINE

    2491

    ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS TRAITES

    148344

    ENFANTS VACCINES CONTRE LA ROUGEOLE

    POPULATION

    11,800,000

    habitants


    MORTALITÉ INFANTO-JUVÉNILE

    94

    décès pour 1000 naissances


    MORTALITÉ MATERNELLE

    679

    décès pour 100 000 naissances

    CONTEXTE PAYS

    En Guinée, la mortalité maternelle et infantile reste encore très élevée par rapport aux pays à économie similaire. Par ailleurs, le système de santé guinéen a été mis à mal par l’épidémie d’Ebola. Par conséquent, les populations ont perdu confiance dans les structures de soins.

    En raison du climat, les principaux risques sanitaires sont le choléra, la méningite et la rougeole. Le paludisme reste la première cause de mortalité des enfants de moins de 5 ans.

    Au niveau national, la prévalence de la malnutrition aiguë globale chez les enfants de 6 à 59 mois est de 8% dont 2% pour la malnutrition aiguë sévère

    PARTENAIRES

    PREVAC (Partnership for Research on Ebola VACcination,Partenariat pour la recherche sur la vaccination contre le virus Ebola) est un consortium de recherche qui regroupe les autorités sanitaires de trois pays d’Afrique de l’Ouest (la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone) et leurs partenaires internationaux (INSERM,NIAID/NIH et LSHTM). ALIMA est partenaire de ce consortium pour la mise en oeuvre d’un essai clinique sur des candidatsvaccins contre le virus Ebola

    OPÉRATIONS

    L’épidémie d’Ebola a resurgi le 17 mars 2016 en Guinée. Deux patients atteints du virus Ebola ont été hospitalisés en urgence dans le centre de traitement Ebola d’ALIMA à N’Zérékoré au sud est de la Guinée. 13 cas suspects, dont 6 cas confirmés d’Ebola ont été pris en charge au cours de l’intervention. De plus, près de 25 agents de santé des préfectures de N’Zérékoré et Lola ont été formés au triage de patients et aux mesures de contrôle de l’infection.

    Les patients guéris du virus Ebola
    Malgré la fin de l’épidémie d’Ebola, beaucoup de survivants continuent de souffrir de problèmes de santé physique et mentale. Le suivi médical et le soutien psycho-social aux survivants d’Ebola et à leur famille reste essentiel.

    Les patients guéris du virus Ebola
    Malgré la fin de l’épidémie d’Ebola, beaucoup de survivants continuent de souffrir de problèmes de santé physique et mentale. Le suivi médical et le soutien psycho-social aux survivants d’Ebola et à leur famille reste essentiel. En 2016, 161 patients guéris d’Ebola ont été soignés gratuitement. Parmi eux, 55 ont bénéficié d’un accompagnement psychiatrique

    Soutenir l’hôpital général de N’Zérékoré
    En 2016, l’appui d’ALIMA aux services de pédiatrie et des urgences de l’hôpital régional de N’zérékoré a permis la prise en charge de plus de 1115 enfants. ALIMA a mis en place un système de surveillance à base communautaire composé de 32 superviseurs, 468 agents communautaires, 50 chefs de postes de santé équipés de 16 motos et 518 vélos. Des équipes composées de personnel du Ministère de la santé, de l’OMS et d’ALIMA ont enregistré 282 alertes liées à des maladies épidémiologiques.