ALIMA
  • EN
    • Décryptage autour de la rougeole par le Dr Rodrigue Alitanou
    Décryptage autour de la rougeole par le Dr Rodrigue Alitanou

    Décryptage autour de la rougeole par le Dr Rodrigue Alitanou

    Décryptage autour de la rougeole par le Dr Rodrigue Alitanou
    Dans le cadre de la Semaine Internationale de la Vaccination (du 24 au 30 avril), le docteur Rodrigue Alitanou, médecin coordonnateur pour ALIMA en République démocratique du Congo (RDC), était interviewé par la radio Deutsche Welle au sujet de la rougeole, l’une des maladies les plus contagieuses; alors qu’une épidémie s’est déclarée dans l’un de ses terrains d’intervention.

    Au premier trimestre 2019, les cas de rougeole déclarés dans le monde ont été multipliés par quatre par rapport à la même période l'an dernier, selon des données provisoires annoncées par l'Organisation Mondiale de la Santé. La hausse la plus forte - +700% - est en outre survenue en Afrique.

    Qu'est-ce que la rougeole ?

    La rougeole est une infection respiratoire hautement contagieuse qui entraîne le plus souvent une éruption cutanée sur tout le corps et des symptômes semblables à ceux de la grippe avec notamment fièvre, écoulement nasal, et fatigue générale. Causée par le virus Morbillivirus, elle affecte surtout les enfants, mais les adultes peuvent aussi en être victimes. Cette maladie virale se transmet le plus souvent par voie aérienne lorsqu'une personne infectée tousse ou éternue.

    Comment se manifeste-t-elle ?

    Les principaux symptômes sont l’écoulement du nez, les yeux larmoyants, la fièvre, la fatigue et les éruptions cutanées, ainsi que les conjonctivites. Il faut savoir que dès que la personne est infectée, elle est contagieuse avant même que les premiers symptômes ne soient visibles.

    Quelles sont les complications possibles ?

    Les complications peuvent être d’ordre respiratoire - à type de  laryngite, bronchite et de pneumonie -, d’ordre oculaire - comme les conjonctivites, la cécité -, et d’ordre digestif à type de diarrhées, avec notamment la déshydratation aigüe. Les cas les plus fréquemment observés par nos équipes sont des patients souffrant de diarrhées et de lésions buccales. En ce moment par exemple, nous avons 80 enfants présentant des complications sévères dans les centres de santé où nous intervenons en RDC. Nous avons  dû hospitaliser ces malades, compte tenu de leur état de santé et cela représente une charge de travail supplémentaire pour des centres de santé et hôpitaux déjà en difficulté dans un contexte de ressources limitées.

    Comment se protéger contre la rougeole ?

    La transmission ne se fait qu’entre personnes infectées par le virus, que cette personne soit symptomatique ou pas. Le virus se transmet exclusivement par les gouttelettes de salive en suspension dans l’air, soit lorsqu’une personne atteinte de la rougeole éternue, renifle, tousse, etc. Pour protéger, il faut bien sûr une bonne prise en charge des cas déjà malades incluant une isolation; il faut aussi vacciner les enfants.

    Comment expliquez-vous la flambée des cas, en particulier sur le continent africain ?

    La recrudescence des cas de rougeole s'explique principalement par une faible couverture vaccinale mondiale, notamment dans certaines régions d’Afrique. Pour réduire significativement la rougeole, il faudrait pouvoir assurer durant plusieurs années une couverture vaccinale mondiale supérieure à 95%. Or ce n'est pas le cas, et très souvent on est bien en deçà de ce niveau.

    En Afrique, si la situation s'est dégradée cela s'explique notamment par des efforts de couverture vaccinale qui ne sont pas à la hauteur de la croissance démographique. A cela s'ajoutent d'autres facteurs tels que des contextes de guerre, les populations déplacées, les zones peu accessibles, comme c'est par exemple le cas dans le pays dans lequel j'interviens en ce moment avec ALIMA, en République démocratique du Congo, dans la région du Kasaï.

    Est-ce qu’on peut se faire vacciner contre ce virus ?

    Depuis les années 1960, un vaccin sûr et efficace a été mis en oeuvre pour protéger à vie les enfants contre le virus de la rougeole. La vaccination reste la première protection contre cette maladie. Si nous voulons réduire et voir disparaître les épidémies de rougeole et les décès liés à la maladie, il est indispensable d'avoir une bonne immunité de groupe qui passe par des couvertures vaccinales élevées.


    Interview en français diffusée sur les ondes de la radio allemande Deutsche Welle disponible ici.

    Infographie: 5 choses à savoir sur la rougeole


    ALIMA (The Alliance for International Medical Action) est une organisation non-gouvernementale humanitaire qui travaille pour apporter une aide médicale gratuite et de qualité aux populations les plus vulnérables dans des situations d’urgence, de conflit ou d’épidémies. Actuellement, ALIMA intervient dans 11 pays d’Afrique et vient en aide à 2 500 personnes chaque jour, dont 80% sont des enfants de moins de 5 ans atteints de malnutrition aigüe et du paludisme. En 2018, ALIMA avait vacciné 101 083 patients.

    Depuis le 2 avril dernier, une épidémie de rougeole dans la province du Kasaï en République démocratique du Congo a été officiellement annoncée. Les équipes d’ALIMA, déjà présentes sur le terrain, ont rapidement répondu à cette urgence sanitaire en recevant les premiers patients dès le 5 avril. En deux semaines, nous avions déjà pris en charge 954 cas et parmi eux 80 cas graves, nécessitant une hospitalisation.

    Ces activités sont rendues possibles grâce au généreux financement du Département de la protection civile et de l'aide humanitaire (ECHO) de la Commission européenne.


    Crédit photo : Nick Loomis / Simo Sougou / ALIMA

    Partager cette page