ALIMA
  • EN
    • COVID-19 : « Le système de santé des pays africains est très fragile et n’est pas prêt à faire face à cette pandémie »
    COVID-19 : « Le système de santé des pays africains est très fragile et n’est pas prêt à faire face à cette pandémie »

    COVID-19 : « Le système de santé des pays africains est très fragile et n’est pas prêt à faire face à cette pandémie »

    COVID-19 : « Le système de santé des pays africains est très fragile et n’est pas prêt à faire face à cette pandémie »
    Interview avec le Dr Papys Lame, Responsable Médical pour le Service des Urgences et Ouvertures d’ALIMA.

    Epidémie de COVID-19 : Quelle est la situation actuelle en Afrique ? 

    «  A la date du 25 mars 2020, le GIS (Geographic Information System) recense 441 187 cas confirmés et 19 784 décès. En Afrique, 2 204 cas ont été confirmés dont 347 nouveaux cas, et 62 décès. 42 pays d’Afrique ont apporté au moins 1 cas de COVID-19. Les pays ayant rapportés les plus des cas sont l’Egypte, l’Afrique du Sud, le Maroc et le Sénégal. »



    Depuis fin janvier, ALIMA se prépare à répondre au COVID-19 en Afrique. Que fait ALIMA et quelles sont les priorités ?

    « En effet, depuis janvier, ALIMA se prépare à répondre face la survenue de la l’épidémie du COVID-19 en Afrique.Tout d’abord, un état de lieu de la capacité de réponse au COVID-19 des pays d’intervention ALIMA a été initié. Puis, la disponibilité en équipements de protection individuelle, en médicaments et en matériels de réanimation respiratoire a été mesurée. Enfin, ALIMA a évalué l’éventualité d’un appui aux Ministères de la santé et aux sites de prises en charge de la maladie. Nos priorités sont d’accompagner les Ministères de la santé, en renforçant leur capacité dans la prise en charge des malades et aussi dans la prévention et le contrôle d’infection. Aux côtés de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), ALIMA a également apporté son aide en proposant 2 formations sur la gestion médicale des cas de COVID-19 organisées par l’OMS à Brazzaville. ALIMA travaille actuellement sur un pré-positionnement des intrants médicaux pour faire face à cette pandémie. »

    Pouvez-nous expliquer en quoi la préparation et la réponse à la pandémie sont spécifiques aux pays africains ? 

    « Les systèmes de santé des pays africains sont fragiles et ne sont pas prêts à faire face à cette épidémie de COVID-19. Le nombre des ressources humaines qualifiées, la disponibilité des médicaments et des matériels biomédicaux sont les challenges des pays africains. 

    En plus de ces problèmes d’ordre structurel, l’Afrique porte un poids important de morbidité et mortalité lié au paludisme, à la malnutrition, aux maladies diarrhéiques et aux infections respiratoires. Une déstabilisation de ce système déjà fragile risque d'entraîner une surmortalité des autres maladies. Par ailleurs, la surveillance épidémiologique en Afrique est assez faible, et il y a un risque important de ne pas détecter des cas de COVID-19 et donc de retarder la réactivité face à ces cas. »

    Quelle est la situation actuelle au Sénégal et quelle est l’action d’ALIMA face au COVID-19 ?

    « Au Sénégal, selon le Ministère de la santé sénégalais : 99 cas ont été rapportés à la date du 25 mars 2020. Parmi ces 99 cas, 3 sont des soignants.  8 patients ont été déclarés guéris au Sénégal, 78 sont en isolement aux Centres de Traitement et aucun décès n’est pour l’heure enregistré.

    Au Sénégal, ALIMA vient en appui au Centre de Traitement COVID-19 de l’Hôpital Universitaire de  Fann pour sa réhabilitation, son équipement en matériel médical et de laboratoire. Nous venons également en support pour apporter du personnel soignant et d’autres ressources humaines. Il s’agit d’oeuvrer pour la prévention et le contrôle de  l’infection au sein du de l’hôpital et ainsi limiter le risque de propagation du COVID-19 au sein du personnel et des autres malades. Enfin, ALIMA accorde un appui technique sur d’autres sites du Sénégal de prise en charge des malades tel que Touba et Diamniadio. »

    Quel est l’état  des lieux de la prise en charge des cas de COVID-19 à Dakar et dans les autres villes identifiées? Le matériel nécessaire pour lutter contre l’épidémie est-il disponible et  adéquat ? 

    « Les matériels sont disponibles mais en quantité très limitée. Le Ministère et ses partenaires se mobilisent pour doter les structures de moyens adéquats. 

    Le Centre de Traitement pour le COVID-19 au CHU de Fann à Dakar a une capacité de 12 lits. 13 patients y sont actuellement soignés. Le Ministère compte augmenter cette capacité dans les prochains jours pour atteindre près de 100 lits. Le centre pédiatrique de Diamniadio à 30 km du centre de Dakar dispose d’une capacité de 47 lits et accueille déjà 45 cas confirmés depuis quelques jours.Touba dispose d’une capacité de 25 lits. Un espace a été identifié pour abriter un centre de traitement d’une capacité qui peut aller jusqu’à plus de 48 lits.  »

    Il y a-t-il des possibilités de réanimations au Sénégal ?

    « Oui, certaines structures comme l’Hôpital de Fann à Dakar ont la possibilité de faire de la réanimation. Cette capacité sera étendue à d’autres centres de traitement de manière progressive. »

    Quelles actions ALIMA prévoit en Afrique, et notamment au Cameroun, au Burkina Faso pour lutter contre l’épidémie ?

    « ALIMA compte apporter exactement le même type d’appui à ces 2 pays et s’adaptera  aux besoins et aux réponses locales. »

    Un grand merci au Dr Papys Lame pour cette interview et à tous les soignants d’ALIMA qui luttent actuellement contre le COVID-19 et sauvent des patients.


    La Fondation Bill & Melinda Gates, déjà partenaire d’ALIMA, finance les actions de réponse au COVID-19 d’ALIMA au Sénégal et au Cameroun, pour une durée de 6 mois.

    Photo de couverture : © Olivier Papegnies / ALIMA

    Photo du Dr Papys : © ALIMA

    Partager cette page