ALIMA
  • EN
    • Bernardin le détective
    Bernardin le détective

    Bernardin le détective

    Bernardin le détective
    « Je m'appelle Bernardin Koalga, mais on m'appelle le détective ». C'est ainsi que se présente cet agent de santé burkinabè âgé de 40 ans.

    Bernardin est chargé de trouver les enfants qui ont déserté les programmes de traitement de la malnutrition d’ALIMA / SOS Médecins / Keoogo dans le district sanitaire de Yako, au nord du pays. Sa mission est de s’assurer que tous les enfants malnutris reviennent suivre leur traitement.

    Lisez son histoire pour en savoir plus sur son travail.

    « Je m'appelle Bernardin Koalga, mais on m'appelle “le détective”.


    Dans mon travail j’utilise des “indices” pour rechercher les familles des enfants qui ont abandonné nos programmes de traitement contre la malnutrition. Je dois trouver si ces enfants sont encore en vie, découvrir les raisons pour lesquelles ils ont cessé de suivre le traitement et ensuite convaincre leurs mères de les ramener au centre de santé, s’ils en ont encore besoin. Je suis le premier ici à faire ce genre de travail.


    Ce travail n'est pas toujours facile. Chaque matin, je me lève très tôt, généralement avant le lever du soleil. Je dois arriver au village avant que tout le monde ne soit parti travailler dans les champs. Je me rends d’abord à l'un des 54 centres de santé communautaires que nous soutenons. Là, j'obtiens la liste des enfants qui ont récemment abandonné le traitement. J'essaie d'obtenir tous les détails possibles : leur nom, leur village, le nom des parents et un numéro de téléphone, si possible. Ensuite, je contacte l'agent de santé communautaire local pour l'informer de ma mission et voir si il ou elle peut m'aider.


    Finalement, je reprends ma moto et je roule dans la brousse - parfois jusqu'à deux heures de temps - pour essayer de trouver ces villages. En chemin, je m'arrête pour demander les directions ou pour voir si quelqu'un a entendu parler de la famille que je cherche. Parfois je la trouve rapidement ; d'autres fois, cela peut prendre des jours ou des semaines.


    Quand finalement je trouve la bonne maison, je me présente d'abord et j'explique pourquoi je suis venu. Une fois que j’en ai obtenu la permission, je discute avec la mère à propos de la malnutrition et je la convaincs qu’il est important pour son enfant de suivre le traitement jusqu’à la fin. J'explique que cette maladie peut avoir un impact très négatif sur la croissance physique et intellectuelle d'un enfant et peut même le tuer. Ensuite, pour vérifier l’état nutritionnel de l’enfant, je mesure la circonférence de son bras en utilisant le ruban MUAC et je cherche à voir s’il souffre d’œdèmes. Je demande toujours la raison pour laquelle la famille a abandonné le traitement.


    Les raisons pour lesquelles les enfants cessent d’aller se faire soigner sont multiples. Parfois, la mère a trop de travail; parfois, la famille vit trop loin du centre de santé pour pouvoir venir chaque semaine; parfois l'enfant semble prendre du poids et la nécessité de continuer à venir n'est donc plus apparente; parfois, malheureusement, c'est parce qu'un enfant est mort. Souvent, les mères qui ont manqué une séance de traitement craignent par la suite d'y retourner. Très récemment, j’ai eu un cas où le père avait été mordu par un serpent alors qu'il dormait et la mère avait dû rester avec lui plutôt que d'emmener son enfant se faire soigner.


    Avant tout, ma priorité est d'éduquer les mères sur la malnutrition et les conséquences de leur choix si elles décident de ne pas faire soigner leurs enfants. Je leur explique les risques pour la santé et l'importance de suivre le traitement jusqu'à ce que le médecin juge qu’un enfant est guéri, même s'il semble que l’enfant aille mieux. J'aide les mères à comprendre qu’elles doivent profiter du fait que le traitement est gratuit, que le transport est gratuit, qu’elles ne devront pas payer pour la nourriture ... tout est gratuit. J'ai constaté que dans de nombreux cas, les parents qui avaient déserté reviennent faire traiter leurs enfants. Et parmi ces enfants, il y en a beaucoup qui se rétablissent. Et ça me rend vraiment très heureux.


    Mais c'est vrai que parfois je ne réussis pas. Parfois, j’arrive trop tard ou je n‘arrive pas à convaincre la famille. Ces échecs me restent toujours à l’esprit. Mais depuis que je suis devenu “le détective“, j'ai aidé à retrouver beaucoup d'enfants et j'ai convaincu leurs parents de leur faire suivre à nouveau le traitement. C'est la partie de mon travail que j'aime le plus : sauver des vies. Ce travail me permet d'aider les enfants à devenir les hommes et les femmes de demain. »



    Photo & video : What took you so long? / ALIMA

    Partager cette page